1. L’état du monde contemporain, un déséquilibre flagrant

par | Fév 12, 2020 | Chapitre

 

Contribuer à l’équilibre des énergies féminine et masculine sur Terre.

Mais de quoi s’agit-il ?

Dans cet article, je pars du point de vue que chaque femme, chaque homme, est animé.e d’une part féminine et d’une part masculine. Chaque être humain en est un singulier mélange.

Je crois aussi que le 21ème siècle nous appelle urgemment à nourrir notre amour pour la vie auquel le féminin est associé depuis l’aube des temps.

Revaloriser ET ressourcer le féminin, en particulier grâce à la connexion à la Nature, ainsi qu’ajuster de façon pratique et responsable le dosage des énergies Yin – Yang à l’intérieur de soi, nous aidera à sortir d’expériences personnelles toxiques et pourrait bien améliorer l’état global de la planète.

 

Chapitre 1

L’état du monde contemporain, un déséquilibre flagrant

À l’observation du fonctionnement actuel de notre planète, il est évident que le monde est en proie à un déséquilibre flagrant. Ce déséquilibre, je le nomme le « Burn-Out Business Model », un modèle mondial qui consiste en l’épuisement des ressources humaines et naturelles***. Il est le fait de structures socio- économiques que je pense mortifères, dû à leur assujettissement à des intérêts principalement de type matérialiste (pouvoir, argent, succès, etc.).

Au départ, née du business pour dominer les relations économiques et commerciales, cette obsession des résultats financiers et de la rentabilité s’est élargie aux sphères étatiques, aux domaines de la santé, de la culture, de l’éducation, etc. comme si plus de prospérité collective se mesurait uniquement en termes de productivité, vitesse, performance, …

Résultat : de multiples situations de harcèlement, un épuisement généralisé, un appauvrissement global, une détresse morale, une santé mondiale en berne, expérimentés à travers le corps et l’esprit de nombreux individus sur la planète, et particulièrement dans leur part féminine.

Cet état du monde est la manifestation omniprésente d’un dysfonctionnement : un produit des abus du masculin dénaturé, égaré et du manque de valeur accordée au féminin.

Si le féminin hurle de mal-être et la Terre aussi, hélas, cela n’est pas suffisant pour sortir de toutes les synergies qui produisent cet état morbide.

*** PS : Plusieurs arguments corroborent ma vision du « Burn-out business model » notamment :

1) Un article de Noam Chomsky concernant 10 stratégies de manipulation des masses dont une par la culpabilisation.

http://solutions-politiques.over-blog.com/pages/Les-dix-strategies-de-manipulation-de- masses-noam-chomsky-4058590.html

2) Lors de mon Mémoire de fin d’études en Sciences Politiques et Relations internationales, j’ai étudié « L’utilisation politique de la psychiatrie sous Brejnev ». Celle-ci s’est surtout développée pour juguler la dissidence naissante en URSS, 2ème moitié des années soixante. Je vois un parallèle interloquant concernant l’intervention grandissante de psychiatres et la médicalisation de nombreuses personnes dites en burn-out afin de « sanctionner » une incapacité à rentrer dans des normes socio-productives. Des mécanismes entre divers intervenants (structures socio-économiques, étatiques, entreprises, etc.) au sujet de la prise en charge salariale et en lien avec un système d’assurances maladies en arrivent à statuer sur l’état de santé mentale de personnes en leur qualité de collaborateurs au travail. Souvent l’étiquette « Burn-out », « Dépression » etc. les catégorisent dans l’incapacité à s’adapter (ou le non-désir de se conformer), momentanément ou durablement aux exigences d’un système basé sur l’hyper performance, l’hyper vitesse, productivité, etc.

Le système en cours mine le sentiment d’auto-estime de nombreux individus, renforce leur sentiment d’incompétence dans un cercle vicieux et crée un épuisement nerveux, émotionnel et mental chez de nombreuses personnes.

Chapitre suivant -> Des obstacles d’ordre divers, et surtout inconscients