5. Comment équilibrer nos polarités féminine et masculine ?

par | Mar 19, 2020 | Chapitre

 

Chapitre 5

Comment équilibrer nos polarités féminine et masculine ?

Écouter la guidance du coeur éclairé est essentiel. Par nature, son élan est très connecté à la Vie, il indiquera la direction à prendre pour nourrir le bien-être et l’appétit de vie. À ne pas confondre avec les émotions, qui sont, elles, très en lien avec les rôles que nous jouons.

 

Pour cheminer vers la complétude, il s’agit
1. D’abord et avant tout, de conscientiser (ce qui fait appel à la faculté féminine du ressenti et celle masculine de l’observation) : mettre en lumière les (dys)fonctionnements, les conditionnements de rôles, les croyances, les peurs qui sont activés à travers les situations et les comportements.

2. Ensuite formuler clairement nos besoins et nos élans, ce que nous voudrions vivre pour ressentir plus de bien-être.

3. Puis expérimenter – explorer et ajuster en soi le modus operandi des 2 pôles pour avancer. En priorité, il faudra d’abord valoriser le pôle en manque, plutôt que réprimer celui qui est en excès.

Au départ, cela semble compliqué, car cela demande d’affiner son ressenti et une analyse personnelle minutieuse. Mais après, cela devient un réflexe. Quelle partie de moi parle : féminin, masculin ? Est-ce en équilibre ? À quel endroit se trouve l’excès, à quel endroit se trouve l’inhibition ?

Guérir les composantes de notre couple intérieur est bien la condition d’un fonctionnement harmonieux dans le monde extérieur, mais cela n’est pas toujours à notre portée. Des schémas inconscients et des traumatismes existent et requièrent l’intervention de professionnels.

Heureusement, il existe de nombreuses approches thérapeutiques et de Développement Personnel qui adressent le couple intérieur, le Féminin/Masculin pour se libérer et cheminer progressivement vers notre complétude. Ainsi, certaines notions très intéressantes, comme celles du psychanalyste, Carl Gustav Jung (animus/anima) nous aident à voir plus clair.

 

Discerner et s’extraire systématiquement de logiques mortifères.

Il suffit d’observer, d’écouter les récits des uns des autres, pour arriver à une conclusion déculpabilisante : ce que vivent de nombreux individus à titre personnel n’est pas une expérience isolée ! Au contraire, c’est de plus en plus répandu à la surface du globe. Dans tous les secteurs d’activités, de multiples personnes (intelligentes, compétentes, talentueuses) se retrouvent dans des situations de mal-être, dépression, burn-out, etc. effets d’un système mondial qui, à des fins de rentabilité et de profit, utilise et épuise les ressources humaines et naturelles disponibles.

Celles-ci brûlent, deviennent malades, crient et pleurent de désespoir, sans être considérées. Or, beaucoup attendent, de façon naïve ou entêtée, d’être reconnues dans leur souffrance. Elles attendent de l’extérieur un regard bienveillant et maternant. Mais le médecin, le parent, le psy, l’employeur ou le partenaire ne pourront rien y faire. Le temps du réveil de la responsabilité personnelle a sonné !

Il nous appartient de prendre notre bien-être en mains, de sortir de toutes les synergies qui produisent ce mal-être. Si un système ou ses valeurs nous broient (amoureux, professionnel, familial, culturel, médical, religieux, etc.), il dépend de notre instinct de survie de le fuir ou de lui dire non dans toute notre puissance et de chercher notre épanouissement ailleurs !

Écouter et activer les 2 pôles en soi devient alors une boussole et un outil de positionnement, de décision pour choisir le mieux-être et celui du monde. Le ressenti et la sagesse du féminin d’abord, puis l’aptitude du masculin à agir, à nous défendre forment une synergie salutaire.

La connexion à la Nature, et dans mon expérience, particulièrement aux arbres, aide à retrouver « le Nord ». On dirait en musique, qu’elle donne le la, le point de repère autour duquel s’ajuste toute la gamme.